Le ministre d’État, ministre de l’Éducation nationale chargé de la Formation civique, M. Michel Menga M’Essone échange avec les acteurs du secteur sur la nouvelle réforme fixant les conditions d’attribution des bourses

0
16

Dans la volonté de dialogue permanent du gouvernement, le ministre d’État, ministre de l’Éducation nationale chargé de la Formation civique, M. Michel Menga M’Essone a présidé ce jour une séance de travail avec les différents acteurs du secteur éducatif. Pendant plus de sept heures, syndicats des enseignants, coopératives des lycées, représentants des associations des parents d’élèves et responsables de l’administration ont échangé autour de la nouvelle réforme fixant les conditions d’attribution des bourses.

« Je ne suis pas votre adversaire, je tiens à le dire solennellement. Si je l’étais, ça voudrait dire que je ne suis pas ministre de l’Éducation nationale. Je suis avec vous et je vous représente au gouvernement. Nous sommes ensemble dans cette situation mais nous devons sauver notre système éducatif », a signifié M. Menga M’Essone à l’assistance.

Au cours de cette rencontre, les propositions des différentes parties prenantes ont été consignées dans un document qui sera soumis au Premier ministre, chef du gouvernement. Le ministre de l’Éducation nationale a souhaité particulièrement adressé un message aux jeunes : « Nous sommes pour la construction et non la destruction. Nous sommes là pour vous la jeunesse parce que cela vous concerne. On a souhaité vous entendre et vous donner la parole ».

Saisissant cette opportunité, Jean-René Koumba, élève en terminale A1, a, au nom des élèves, déclaré :  « Nous sommes d’accord avec l’excellence, nous sommes tous conscients que nous sommes l’avenir de ce pays. Alors, nous ne pouvons pas être contre l’excellence. Nous sommes une jeunesse consciente et responsable. Nous souhaitons juste que toutes les conditions soient réunies pour que nous puissions atteindre cette excellence ».

La question de la reprise des cours était également au cœur des échanges. Le ministre d’État a indiqué qu’il était essentiel de garder les enfants à la maison pour les mettre en sécurité car des groupes de personnes n’étant pas des apprenants s’étaient infiltrés lors des marches passives pour casser et troubler l’ordre public.

Enfin, tout en insistant sur la position du gouvernement, le ministre d’État a annoncé que certaines des propositions des différents acteurs seraient prises en compte. M. Menga M’Essone a invité les représentants des élèves, des parents d’élèves et des chefs d’établissement à poursuivre les débats ce lundi 15 avril 2019 à partir de 15h

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here